Alchimie, numérologie, astrologie, ésotérisme & psychanalyse…

Publié le par onfray

Où l’on constate une fois de plus la « scientificité » des psychanalystes

Un lecteur me communique le catalogue Artcurial de la vente de Livres et manuscrits qui aura lieu à ParisArtcurial à l’Hôtel Marcel Dassault le mardi 15 juin. Parmi le lot des pièces mises en vente, les « Archives René Allendy & Jean Carteret ».

Benoît Puttemans rédige la notice de présentation du psychanalyste. On peut y lire ceci :

« René Allendy (1889-1942) est l’une des grandes figures des débuts de la psychanalyse en France et l’une des plus atypiques. On le retient pour avoir été le thérapeute de nombreuses personnalités, notamment Anaïs Nin.

En 1912, au grand scandale de sa famille, il présente une thèse sur la médecine et l’alchimie : déjà sont en germes les à-côtés de la médecine officielle – ésotérisme, homéopathie et psychanalyse – qui caracReneAllendytériseront son approche. Effectivement sa pensée bouillonnante fait intervenir homéopathie, astrologie et graphologie, et ses écrits touchent à des sujets étonnement variés : l’influence astrale, l’alchimie, les modalités atmosphériques, les présages, le catarrhe nasal, le rêve, les tuberculoses pulmonaires.

(…)

En 1926, il fonde la Société Psychanalytique de Paris (S.P.P.), première société psychanalytique française. (…)

Intéressé par la numérologie et l’homéopathie, il fonde aussi, avec les docteurs Schiff et Borel, la cellule de psychologie collective. »

On apprend également que cet homme qui croyait aux esprits et aux fantômes a été le psychanalyste d’AnaisNinécrivains et d’artistes célèbres : Artaud pour le plus célèbre, Maurice Sachs ou Anaïs Nin qui devient sa maîtresse :

« La thérapie prend fin après que, du divan d’Allendy, Anaïs est passée à son lit et à des pratiques sadomasochistes. Cet épisode tumultueux entame sérieusement la réputation d’Allendy et, bien sûr, de sa propre santé psychique. »

Anaïs Nin, analysée par Allendy, couchera tout de même avec son père…

Sans commentaires…

Commenter cet article