"Apostille au Crépuscule"

Publié le par onfray

Réponse à la haine par son contraire...

Socrate a raison : mieux vaut subir l’injustice que la commettre. Je n’ai pas répondu aux injures ayant accompagné la sortie de mon Crépuscule d’une idole, sous titré L’affabulation freudienne, un livre accueilli par la haine d’un petit milieu et l’emballement du public qui a transformé cet ouvrage en succès de librairie. On a fait de ce groApostille-au-Crepuscule--Michel-Onfray--Grasset-2010.jpgs ouvrage à peine feuilleté un « brûlot contre la psychanalyse ». Or la psychanalyse freudienne n’est pas toute la psychanalyse, mais sa formule la plus universellement médiatisée.

Cette Apostille propose d’examiner les conditions d’une psychanalyse non freudienne avant Freud, pendant lui, après lui. Avec « l’analyse psychologique » de Pierre Janet, un philosophe doublé d’un psychologue clinicien pillé, insulté et sali par Freud ; avec le « freudo-marxisme » de Wilhelm Reich persécuté par les freudiens et les marxistes ; avec la « psychologie concrète » de Georges Politzer, philosophe communiste et résistant fusillé par les nazis ; avec la « psychanalyse existentielle » de Sartre, retrouvons la voie du matérialisme psychique contre l’idéalisme de l’inconscient freudien ; restaurons le réel concret contre le déni freudien de l’histoire ; inscrivons la psychanalyse dans une logique progressiste contre le pessimisme freudien ontologiquement conservateur ; réhabilitons le corps immanent contre la parapsychologie viennoise. Cet immense chantier exige un « intellectuel collectif ». Ce livre pourrait en être le manifeste…

 

 

 

à paraître le 3 novembre 2010

éd. Grasset

Commenter cet article

Porcel 15/04/2016 10:01

Bonjour. J'ai bien aimé Crépuscule d'une idole, j'aime bien quand on donne des coup de pieds dans les étagères poussiéreuses du patriarcat, ce qui est nécessaire, surtout en France, et en Oxydant (je l'écris ainsi et je trouve que cela lui sied à ravir). Imposer l'instruction de manière générale par des modèles, des normes, la plupart du temps des allégations devenant des références, tout ceci est un empêchement à l'évolution humaine, une sclérose, et Michel Onfray apporte de l'air frais à l'intelligence endormie, trop cérébrale, de celles et ceux qui refusent de lâcher prise par peur de perte d'identité, d'existentiel.C'est à cause de la culture de cet immobilisme non évolutif que les civilisations disparaissent à chaque fois. Lisez Jan Foudraine, Raajnesh, Krishnamurti, Jacqueline Bousquet, Hubert Reeves, CG JUng, Rasha, etc et descendez dans le coeur et laissez le cerveau en paix, vous constaterez l'évolution. Sans jugement ni critique, et avec tout l'amour universel. Merci Michel Onfray, vous enlevez la poussière et on en a bien besoin. Continuez ! Bien cordialement. B Porcel

Tietie007 28/09/2015 10:33

Un peu déçu par ce bouquin ...J'ai du mal à suivre Onfray en ce moment, ce libertaire autoproclamé qui soutient Chevènement ...j'ai du mal avec les intellectuels de gauche qui oublie l'internationalisme pour se replier dans le pré-carré hexagonal !

rosemar 08/09/2015 22:30

Aucun rapport avec ce billet mais je tiens à vous remercier de m'avoir offert l'occasion d'écrire cet article sur l'école :
http://rosemar.over-blog.com/2015/03/michel-onfray-une-belle-declaration-sur-l-ecole.html


Bonne soirée

barneaud 10/03/2015 14:26

j'ai fait une très longue psychanalyse, lacanienne,et je pense qu'il n'y a aucun "sacrilège" de critiquer la psychanalyse qui peut avoir des effets positifs mais aussi négatifs; par ailleurs je me suis rendu compte, qu'en fait derrière un même vocable, il y a des conceptions et des pratiques très différentes de la dite psychanalyse et que même Jacques Lacan, bien que se revendiquant comme le seul vrai "retour à Freud", dans sa pratique et sa théorie s'en est démarqué, mais sans le dire explicitement.
par ailleurs, en dehors de la pratique, il y a une "idéologie" chez certains psychanalystes, qui ne s'en rendent même pas compte!